Les crocs de La vipère pour clore la belle saison parisienne d’ Ostermeier

kleine_fuechse-0120

Après La Mort à Venise et Un ennemi du peuple au théâtre de la Ville, Thomas Ostermeier a fini en beauté sa saison parisienne avec La Vipère de Lillian Hellman, au théâtre des Gémeaux. Dans ces trois pièces, le metteur en scène allemand a décliné, en une belle variation, l’affrontement des désirs individuels à une société qui les écrase. La Vipère porte à son paroxysme la concentration tragique des intrigues familiales et financières les plus âpres. Ou quand Hitchcock se ressource chez les Atrides, grâce à l’efficacité redoutable d’un metteur en scène de génie.

par geraldine2 Géraldine Dolléans Lire la suite

Publicités

Compagnie Premières Fontes : des talents bruts

Groenland_D608134

Jusqu’au 18 avril, le théâtre des Clochards Célestes, à Lyon, ouvre ses portes à la Compagnie Premières Fontes qui propose une très belle représentation du Groenland de Pauline Sales. Des premiers pas qui attirent l’attention pour ces artistes tout droit sortis de l’ENSATT, l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre. Une troupe à suivre.

geraldine2

Par Géraldine Dolléans Lire la suite

Des mots de minuit, une suite… à Metz pour « LITTERATURE & JOURNALISME »

Festival Journalisme et Litterature

Jusqu’à dimanche, « Desmotsdeminuit,unesuite… » est nomade. A Metz, à la rencontre par exemple de Raymond Depardon, d’Axel Kahn, de Mathias Enard,d’Audur Ava Olafsdottir, d’Ulrich Beck, de Bernard Chambaz, de Xavier Cercas….

 

LITTERATURE & JOURNALISME… A Metz jusqu’au 13 avrilAffiche du festival

Cultive tes racines et plante les dans les étoiles.
L’affiche du festival: Tomi Ungerer.

 

Semaine arabe à l’École Normale Supérieure: une Grande école ouverte sur le monde

Semaine Arabe illustr

Sur le thème « Frontières et territoires », une semaine de conférences, de rencontres et de films à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Repenser les échanges et la circulation, à travers la géopolitique, les langues et les arts, c’est le programme de la 18ème édition de la semaine arabe qui ponctue chaque année la vie de cette grande école, depuis 1998. Jusqu’au 11 avril 2014.

geraldine2

Par Géraldine Dolléans Lire la suite

« Hausser le temps », Rabelais jouissif et éblouissant

PAROLES-GELEES_GiovanniCittadiniCesi_054Une abondance de mots et de rencontres qui suscitent l’hilarité, un voyage en quête de vérité qui traverse les intempéries du non-sens et de l’absurde : Paroles gelées propose une adaptation éblouissante du Quart Livre de Rabelais par la troupe de Jean Bellorini et Camille de la Guillonnière au Rond-Point.

par geraldine2 Géraldine Dolléans Lire la suite

Mort à Venise, chef d’œuvre oblige

Coup de foudreLorsque Thomas Ostermeier s’empare de La Mort à Venise, la nouvelle publiée par Thomas Mann en 1912, l’adaptation devient recréation éblouissante qui superpose les références et les épaisseurs d’art pour explorer la profondeur du sentiment. Ou comment un chef d’œuvre en engendre un autre.

Paris – Théâtre de la Ville. Jusqu’au 23 janvier Lire la suite

Pierre Rigal : lorsque l’homme s’est relevé

Erec.Photo7.PierreRigal.300dpiÉrection  Paris – Théâtre du Rond-Point – jusqu’au 1er février

D’emblée, on le sait, il va tout faire pour y arriver, puisque d’abord allongé, il est déjà agité de soubresauts. C’est un combat qu’il engage, contre la gravité, contre lui-même. Il ne manquera ni de bravoure ni d’audace, jamais découragé par ses maladresses et ses échecs. Il se traine, rampe, roule, puis sautille, maintenant accroupi, se trompe encore en érigeant son corps à l’envers. Quelques centaines de millénaires en 45 minutes, ça y est Erec.Photo6.PierreRigal.300dpivoici l’Homo Erectus qui fête sa victoire et sa liberté dans un ballet stroboscopique hallucinant.

Entre odyssée de l’espèce et conte philosophique, une chorégraphie électrique qui est le contraire d’un traité de paléontologie. Des nappes sonores assourdissantes inquiètent ;  la lumière projetée au sol, noire, blanche, bleue, rouge, jaune, verte, délimite au millimètre le terrain de l’épreuve, le danseur s’y risque, s’y brûle avant de la dominer et d’en jouer dans une succession de tableaux de body lighting. Pierre Rigal -qui danse- et Aurélien Bory -qui met en scène- ont conçu Érection il y a10 ans, le spectacle n’a pas pris une ride.

photos: © Pierre Rigal

avant que j'oublieA voir également au Théâtre du Rond-Point « Avant que j’oublie« , troublante proposition théâtrale de la comédienne belge Vanessa Van Durme qui met en abime son réel choix transsexuel en le confrontant avec une imaginaire conversation avec sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. Oui, troublant. En tout cas une performance troublante.

minuitteur Rémy Roche