Ciné, cinoche #220114

De l’art de faire sujet

Lulu femme nue de Solveig Anspach, avec Karin Viard

Ces deux-là, Solveig Anspach et Karin Viard ont déjà travaillé ensemble en 2000 quand la comédienne fut dans Haut les cœurs ! le double cinématographique de la réalisatrice qui explorait alors les chemins de ce que la peur fait appeler «une longue maladie». Karin Viard y avait gagné un César de meilleure actrice.

On imagine donc une complicité dans ces retrouvailles scellées dans l’adaptation libre de la bande dessinée Lulu femme nue d’Etienne Davodeau.

Critique, extrait et entretien avec Karin Viard

A 14 ans d’écart, toujours avec cette légèreté qui lui permet de contenir le tragique, la cinéaste pose la question du sujet et de son désir de vivre et de surmonter ou de trouver ce qu’il est quand la société ou son entourage l’empêchent de le savoir. Lulu était bien nue jusqu’à ce jour –c’est l’entame du film- où un entretien d’embauche, amusant pour le spectateur mais sinistre pour elle, lui fait rater un train et lui permet d’oser prendre son temps : un, puis deux, puis plusieurs jours loin de sa condition sociale et de son assignation à un rôle de mère -on l’imagine suffisamment bonne- de trois enfants mariée à un homme gris mais violent.

Elle n’a pas d’argent, mais la mer et ses sensations sont à deux pas. Elle n’a plusLULU_1__c__Isabelle_Razavet_Arturo_Mio personne mais le hasard et les inconnus des chemins de traverse  valent mieux que l’inexistence dans le regard des siens. Karin Viard flotte avec justesse dans cette incarnation d’une femme au tournant, gentille sans mièvrerie, plus intelligente qu’intellectuelle. De quoi croiser quelques laissés LULU_9__c__Isabelle_Razavet_Arturo_Miopour compte : Charles (Bouli Lanners) récemment sorti de prison et chaperonné par deux frères aux pieds nickelés. Charles qui lui fait la cuisine et lui offre l’occasion de repenser ses rapports amoureux et LULU_8__c__Isabelle_Razavet_Arturo_Miodomestiques. Marthe (Claude Gensac), vieille femme aussi solitaire qu’énergique qu’elle vole avant l’amitié et l’entraide, Virginie (Nina Meurisse), une serveuse de bar houspillée par sa patronne (Corinne Masiero) qu’elle aidera à faire un choix.

Il y a une belle humanité dans ce film. Une manière de filmer juste au plus près du banal et du quotidien. Solveig Anspach est aussi documentariste.

gravity-small Philippe Lefait

et toujours les e-toiles de DMDM 3.0

(re)voir tous les Ciné, cinoche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s