Aux armes!

Melissmell, chanteuse et citoyenne.
Elle visitait Des Mots de Minuit en avril 2011.
Son cri est de plus en plus d’actualité.

Ce soir à Faye d’Anjou (Pôle culture)
10/12: Sotteville les Rouen (Trianon)
12/12: Nantes (La bouche d’air)
13/12: Ivry (théâtre Antoine Vitez)
14/12: Saint-Priest (Espace Culture)
etc…

Publicités

« L’atrabilaire » Angélica Liddell

Todo el cielo sobre la tierra (El sindrome de Wendy) – Tout le ciel au-dessus de la Terre (Le syndrome de Wendy) 

En espagnol, mandarin, norvégien  (surtitré)

A Paris – Théâtre de l’Odéon jusqu’au premier décembre. Puis en tournée.

« Me masturbo, ya ! »

Pourquoi diantre attendre d’avoir passé l’entame confuse et somme toute accessoire -quarante cinq minutes quand même- pour être au cœur du sujet : « Se faire jouir pour faire passer la peur de la mort » et voir « des gens pour ne pas perdre contact avec ce que je hais ». Angelica Liddell dans cette pièce donnée l’été dernier en Avignon ne lâche rien de ce qui lui avait fait nommer sa troupe en 1993 Atra Bilis –la bile noire, en latin-.

gravity-smallPhilippe Lefait

Lire la suite et voir un extrait… Lire la suite

Une littérature de combat

« La parole doit être terroriste », écrit Pierre Drachline dans Pour en finir avec l’espèce humaine. Et les Français en particulier. Victor Hugo estimait bien que la pensée valait insurrection. Dont acte, et bravo aux écrivains qui en cet automne réussissent à pulvériser tous azimuts les airs que nous imposent les maîtres des temps qui courent. L’immédiateté technologique et l’ultralibéralisme financiarisé les rendent toxiques.

gravity-smallPhilippe Lefait

© le magazine littéraire 538 Lire la suite

Philippe Rochot: un grand reporter

Il voulait se consacrer à la photo, un hasard l’a fait grand reporter de radio et de télévision. France Inter puis France 2. 40 ans de reportages rigoureux, exigeants. Un modèle.
L’Allemagne, la Chine où il fut correspondant, le Vietnam, l’Afghanistan, mais une prédilection pour le Moyen-Orient et les pays arabes. Qui lui coutera 105 jours de captivité en 1986 quand il fut pris en otage à Beyrouth avec son équipe de télévision.
Son regard est vif et direct, les photos qu’il a prises à l’occasion de ses missions, souvent en zones de guerre, en témoignent autant que les centaines de reportages qui lui ont valu un prix Albert-Londres en 1986.
Une exposition présente une partie de ses photos.
Pour DMDM 3.0, il en commente une: Bassorah, 1984, sur le front de la guerre Irak-Iran.

Philippe Rochot, mes 40 ans de reportage, Paris – Galerie Usine Spring Court, jusqu’au 8 décembre.

minuitteurRR

3 autres photos de Philippe Rochot Lire la suite

Ciné, cinoche #271113

L+ESCALE+2–  L’escale – Kaveh Bakhtiari

La route incertaine de l’exil pour nombre de candidats iraniens, après la Lybie, passe, s’ils y arrivent, par Athènes. Trompés par des passeurs véreux (pléonasme), ils se retrouvent scotchés dans la capitale grecque, attendre, imaginer la suite de leur fuite vers l’eldorado qu’ils croient européen, français, anglais, scandinave. C’est chez Amir que le réalisateur installe son récit, il est iranien lui aussi, il s’est arrêté ici et dans son appartement sans confort il accueille ces frères échoués de la mauvaise route. Documentaire au plus près d’une vérité qu’on croit connaître, déjà explorée sur écran. Un documentaire, mais pourquoi au cinéma? On y revient.

minuitteurRémy Roche Lire la suite

Matricule 261113

gravity-smallPhilippe Lefait

Je lisais hier dans le journal de papier…

«J’aurais aimé que ma mère refuse de se laisser traiter de « cafard»

Par Annick Kayitesi-Jozan, écrivaine.

Libération, Rebonds. 25 novembre 2013.

Écouter la suite…

photos
© CDC
© Frank Wolf
© SSGT ANDY DUNAWAY
© Scott Chacon from
© Adam Jones
© Claude Truong-Ngoc
© TSgt. Marv Krause
© SSGT ANDY DUNAWAY
© angelo celedon AKA